Le serpent au service de la couronne

Le serpent au service de la couronne

Il était une fois un jeune prince qui portait une jolie couronne qui tenait gracieusement sur sa tête. Son comportement sûr, serein et audacieux vient de la force que lui apportait ce petit objet précieux qui complétait sa tenue royale.

Un jour alors qu’il se prêtait à s’exprimer devant une audience qu’il ne connaissait pas, le jeune prince sentit que sa couronne n’était plus à sa place ! Une douleur lui transperçait le ventre, on dirait que la couronne s’est frayé un chemin vers ses intestins. D’un coup, les mots dansaient dans sa gorge sans pouvoir former des phrases comme à l’accoutumée, la sueur perlait sur son front, son souffle se coupa et plus rien !!!!! Embarras et stupéfaction.

Les efforts du jeune prince pour retrouver sa couronne étaient vain, elle se déplaçait dans son corps comme du poison, l’immobilisant à chaque fois qu’elle campait dans un endroit. Il était privé de la marche quand elle était dans ses jambes, de la réflexion quand elle investissait sa tête, de l’écoute quand elle occupait son cœur. Bégaiement, inertie, béatitude et agressivité devinrent les traits marquants du comportement du jeune prince.

Epuisé par sa quête, l’être du jeune prince était rongé et son état se dégradait de jour en jour. Cela ne pouvait durer, il fallait appeler le sage et de toute urgence.

Le sage sondait le prince de son regard perçant et bienveillant, on dirait qu’il voyait à l’intérieur de son âme qui se consumait à petit feu mais sans y porter aucun jugement.

Le vieux sage se tut pendant longtemps avant de dire. « JEUNE PRINCE VOUS AVEZ LA MALADIE DE LA  PEUR ! »

Le jeune prince sur un ton agressif répondit : « JE VEUX MA COURONNE, FAITES CE QUE VOUS AVEZ A FAIRE »

Le vieux sage dit : « J’aurais voulu vous dire que le remède soit en ma possession, mais nul ne peut vous le procurer, parce qu’il est tout simplement chez vous. »

Le vieux sage se lance alors dans un grand discours. Votre couronne, dit-il au jeune prince, est l’expression de votre peur. Quand elle a senti un manque de sécurité, elle est partie se cacher. Elle attend un signal pour refaire surface.

Quand avez-vous perdu votre couronne ? Qu’est ce qui a changé dans votre environnement à ce moment ? Quelles sont les nouvelles personnes qui se sont ajoutées à votre entourage ? Qu’est-ce que vous avez ressenti ? Comment avez vécu cette expérience ?

« Pourquoi toutes ses questions ?» s’étonna le jeune prince.

Le vieux sage dit alors que la PEUR est porteuse d'une information qu'il est important d'apprendre, de décoder et de comprendre. Elle se manifeste quand on perçoit un danger de perte dans un futur proche ou lointain, ce danger perçu quand il n’est pas expliqué engendre un comportement de paralysie.

Le jeune prince se mit à réfléchir, il bredouillait des mots à peine perceptibles. J’ai perdu mes mots quand de nouvelles personnes se sont joints à l’audience, quand on m’a dit qu’il fallait que je sois à la hauteur, quand j’ai perdu confiance, quand j’ai senti que j’ai eu PEUR !!!!

ATTENTION jeune prince dit le sage, la peur est une émotion tout à fait normale que tout un chacun ressent, elle est nécessaire pour réaliser toutes les choses que vous accomplissez. En effet, c’est la réaction à la peur qui peut donner des comportements inadéquats.

VOUS VOULEZ DIRE QUE C’EST MOI QUI EST TRANSFORME MA COURONNE ? MA COURONNE, C’EST MA PEUR ? CE QUI VEUT DIRE QUE DE MA PEUR, JE PEUX EN FAIRE UNE COURONNE QUI ME RASSURE OU UN SERPENT QUI ME RONGE ?

Je vous l’ai dit jeune prince, la réponse se trouve en vous, et c’est vous qui détenez les clés de votre réussite. Il n’y a aucun mal à dire que j’ai peur, nous avons tous peur, mais à force de vouloir la cacher, elle apparait au grand jour.

Donnez-lui une place, comprenez ses motifs, faites appel à vos expériences positives, écoutez votre cœur, observez vos gestes, complétez vos lacunes et cherchez à vous améliorer et SURTOUT SOYEZ HEUREUX !

Le jeune prince se perdit dans sa réflexion pendant des jours, tournant et retournant les paroles du sage, ses propres réflexions, ses propres émotions jusqu’au moment où il prit son courage à deux mains et décida de vivre l’expérience. Il tiendra un discours auprès de la noblesse d’une contrée jamais rencontrée, il rassemble ses conseillers, pose des questions sur ses invités, leur culture, leur points forts, leurs points de fragilité, ….Il se dit que cette rencontre n’était qu’une expérience et que même s’il se trompait,  il aurait appris quelque chose…

SALIMA DEBBARH